La Malène, les dernières lueurs de la villa

Une forteresse résidentielle dans les gorges du Tarn

A la fin du Ve siècle ou au début du VIe siècle, sur un piton qui domine les gorges du Tarn, est bâti un ensemble résidentiel, dont l’occupation se poursuit au moins jusqu’à la fin du VIIe siècle. Malgré une topographie défavorable, des constructions d’ampleur vont être développées sur une superficie de près de un hectare. En partie sommitale, prennent place une tour de plan carré et un élément de courtine barrant le seul côté accessible. Sur la dorsale du relief, plusieurs corps de bâtiments mitoyens forment une composition linéaire, sur près de 50 mètres de longueur pour une profondeur de 8 mètres. L’une de ces salles a conservé une élévation de plus de 3m et les vestiges d’une colonnade d’étage soulignent la fonction ostentatoire et résidentielle de cet espace. Parmi les bâtiments en contrebas, dont l’exploration est encore partielle, une citerne maçonnée de plan rectangulaire a pu contenir jusqu’à 190 m3 d’eau. On ne peut douter que cette réserve serve à alimenter par gravité l’alimentation du balnéaire placé à un niveau encore inférieur. A proximité, un grand bâtiment de 157 m2 pourrait être un horreum.

Laurent Schneider (CNRS, Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne, Aix-en-Provence) suggère d’identifier le site avec le castellum de Melena, où saint Hilaire de Gévaudan aurait trouvé refuge lorsque les descendants de Clovis étendirent le royaume des Francs en direction des cités méditerranéennes de Septimanie. Des constructions et un mode de vie more Romanorum

Si le choix d’un site perché éloigne de l’image courante de la villa romaine, la mise en œuvre des constructions, les aménagements reconnus évoquent tout au contraire la pars urbana d’un riche établissement domanial. La chaux est utilisée en abondance pour le liant des maçonneries comme pour les enduits qui recouvrent les murs. Une galerie d’étage est ajourée grâce à une colonnade dont on a retrouvé fûts, bases et chapiteaux. Le béton hydraulique, un mortier de chaux à agrégats de poussières et de fragments de tuile, trouve emploi dans le revêtement étanche de la citerne comme dans la partie thermale. Ces bains sont organisés à partir d’un espace de plan carré, d’environ 60 m2. Le chauffage de tout ou partie de l’édifice est assuré par un praefurnium installé du côté de la pente. On trouve à l’opposé une abside semi-circulaire qui pouvait accueillir une baignoire ou un labrum, et sur un côté une grande baignoire carrée.

Ces différents aménagements autorisent l’évocation de la notion de « palais », dont le confort n’aurait rien envié à celui de bon nombre de villas construites dans les terroirs de plaine et cela alors que l’on est désormais à l’époque des rois mérovingiens. La consommation de vin méditerranéen est encore une réalité, dans le cadre du banquet ou pour des pratiques chrétiennes. Cinq amphores africaines et une de Gaza illustrent la permanence du grand commerce de tradition antique jusqu’au VIIe siècle.
Document interactif - L'éperon du castellum de la Malène

L'éperon du castellum de la Malène

L'éperon du castellum de la Malène, un contrefort du Causse de Sauveterre dans les gorges du Tarn.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - La Malène (Lozère)

La Malène (Lozère)

Le dégagement des vestiges du site perché durant la fouille de l'été 2009.
© L. Schneider, LAMM-CNRS & Estelle Perségol
Document interactif - Accès à la salle résidentielle

Accès à la salle résidentielle

L'accès à la salle résidentielle, lors du dégagement de la couche d'effondrement des élévations dont ces fragments de colonne provenant d'une galerie d'étage.
© Nicolas Clément
Document interactif - Triens de l'atelier de Banassac attribuable à Sigebert III (second tiers du VIIe siècle), Or.

Triens de l'atelier de Banassac attribuable à Sigebert III (second tiers du VIIe siècle), Or.

Saint Hilaire de Gevaudan aurait trouvé refuge dans le le castellum de Melena lorsque les descendants de Clovis étendirent le royaume des Francs vers la Septimanie wisigothique. Le lieu devient ensuite une place frontière, lorsque le Gevaudan fut définitivement intégré au monde Franc. A proximité du bourg de Banassac, connu pour ses ateliers monétaires à partir de Caribert II, la forteresse a pu jouer un rôle dans l'organisation locale du pouvoir royal mérovingien.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - Vestige de colonnade ?

Vestige de colonnade ?

Éléments de colonne découverts dans d'épaisses accumulations de matériaux de construction. La colonnade, une expression architecturale héritée de l'Antiquité.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - Utilisation de la chaux

Utilisation de la chaux

L'utilisation de la chaux, pour les maçonneries comme pour les enduits muraux.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - La citerne

La citerne

L'aménagement d'une citerne de grand volume a nécessité une mise en œuvre soignée et la réalisation d'un sol en opus signinum reposant sur un puissant radier.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - Les thermes

Les thermes

Le besoin d'installations pour le bain traduit la permanence d'un mode de vie qui est celui des élites de l'Antiquité.
© L. Schneider, LAMM-CNRS
Document interactif - Dépose des plus importants éléments architecturaux

Dépose des plus importants éléments architecturaux

Les grands moyens pour déposer les éléments architecturaux les plus remarquables.
© L. Schneider, LAMM-CNRS

Bienvenue sur le site de Villa Villae

/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player 10.1 et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

Installer le flash player

Pour pouvoir afficher correctement ce site, il est nécessaire de disposer du plugin Flash Player 10.1.

Ce logiciel gratuit est facilement téléchargeable sur le site Adobe.

Ce plugin Flash fonctionne sur les navigateurs suivants : Internet Explorer, Netscape, Opera, Mozilla, Safari, Chrome. Il est compatible avec Microsoft Windows, Apple MacOs, Linux, Solaris et Pocket PC.

La procédure pour télécharger ce plugin est la suivante :

1. Aller sur le site de Adobe Flash Player et cliquez sur le bouton "Télécharger Flash Player"



2. Vous devez accepter les conditions d'utilisation d'Adobe Flash Player en cliquant sur le bouton "Accepter et installer dès maintenant".




3. Si une fenêtre d'avertissement de sécurité apparaît, cliquez sur "Oui" pour accepter l'installation de Flash Player.




L'installation se fait très rapidement ; il n'est pas nécessaire de redémarrer le navigateur.

Pour toutes autres questions concernant Flash, vous pouvez consulter le site Adobe ou contacter votre revendeur informatique.