Produire du vin en Narbonnaise

La plupart des exploitations agricoles de Narbonnaise, les villas, les fermes ou celles installées dans les agglomérations rurales, consacrent une part non négligeable de leur activité à la viticulture et à l’élaboration du vin. Même les plus modestes n’hésiteront pas à céder à cet engouement économique qui s’empare de la province et feront construire des équipements de transformation coûteux, dotés de cuves maçonnées, d’un pressoir puissant et de dolia. On trouve dans des exploitations aux objectifs plus ambitieux des unités de pressurage jumelées, dès l’origine ou selon des phases de progression de la production, et l’augmentation des besoins de stockage se traduit alors par la construction de plusieurs chais.

Le domaine de Loupian, avec une centaine de dolia, appartient à une classe d’établissements vinicoles de moyenne capacité, autour de 1500 hl. Quelques dizaines de jarres équiperont les fermes et des villas de moindre performance, inférieure à 1000 hl. Cependant, c’est bien en Narbonnaise que des exploitations atteignent des niveaux exceptionnels, avec des chais renfermant plusieurs centaines de dolia pour des chiffres records jusqu’à 6000 hl.

Aux franges de la Narbonnaise et dans le reste de la Gaule, les récipients en terre pour la vinification selon l’usage méditerranéen cèdent la place à un autre type de contenant, le tonneau. Celui-ci, déjà utilisé pour le transport, remplacera le dolium dans les exploitations méridionales durant l’Antiquité tardive.

Médias

Document interactif - Vue aérienne de la villa Les Toulons à Rians

Vue aérienne de la villa Les Toulons à Rians

Grande villa viticole à l'est de la Narbonnaise, la fouille de la villa Les Toulons (Rians, Var), conduite par Jean-Pierre Brun, a permis de dégager les installations de production de cette exploitation domaniale. On distingue en haut de la vue aérienne une partie du chai doté de plus de 200 dolia, dont capacité totale de stockage devait excéder 3 000 hectolitres.
© Jean-Pierre Brun
Document interactif - Productions viticole et oléicole gallo-romaines dans l'espace languedocien

Productions viticole et oléicole gallo-romaines dans l'espace languedocien

À la différence de la Provence antique, la production oléicole semble moins développée à l'ouest du Rhône, peut-être concentrée dans l'arrière-pays. Ateliers d'amphores vinaires et installations de pressurage permettent de cerner une géographie de la viticulture principalement durant le Haut-Empire, dans la plaine languedocienne autour de Béziers et Narbonne, en Roussillon et dans la vallée du Rhône.
© Ch. Pellecuer, MCC-DRAC Languedoc-Roussillon
Document interactif - La villa de Saint-Barthélémy, Montgey (Tarn) découverte lors de prospections aériennes par M. Passelac

La villa de Saint-Barthélémy, Montgey (Tarn) découverte lors de prospections aériennes par M. Passelac

Le vaste bâtiment à trois nefs, de plus de 1000 mètres carrés, qui flanque la résidence a fait l’objet de sondages. Quatre cuves vinicoles ont été reconnues. On peut restituer, en l’absence de dolia, des rangées de foudres qui donneraient à cet ensemble une capacité de plus de 2 000 hectolitres
© M. Passelac, CNRS-UMR 5140