Vivre aussi en ville

Le mode de vie des élites provinciales fait alterner des séjours à la campagne, pour un propriétaire entrepreneur agricole et à la ville, où chacun d’eux est investi dans des affaires, publiques ou privées, traitées dans le chef-lieu de cité. La recherche de confort mais surtout l’affirmation du rang social sont à l’origine d’une architecture du paraître dont on retrouve les principaux éléments dans la villa comme dans la maison urbaine, la domus.

Parmi les cités méridionales, Narbonne, la capitale provinciale, a livré des exemples évocateurs de ces domus, grâce aux fouilles qui ont été conduites par Maryse et Raymond Sabrié au Clos de la Lombarde. Dans ce quartier de la ville romaine, un îlot délimité par des voies publiques a pu être entièrement dégagé. La maison dite aux portiques, sur 1 000m2, s’organise autour d’un atrium et d’une cour à péristyle, selon la mode en vigueur en Italie à la fin du Ier siècle avant notre ère. Une autre maison de moindre surface est constituée d’un seul corps de logis au plan en U, enserrant une cour dotée d’un bassin d’agrément. Donnant sur cet espace de jardin, une vaste salle d’apparat de 87m2 est décorée d’un coûteux sol en opus sectile, véritable marqueterie de plaques de marbre et schiste. Ce type de revêtement luxueux, comme les mosaïques, signalent les espaces les plus soignés de la maison, salle de réception ou salon privé. Les enduits peints qui recouvraient les murs participent au programme décoratif de la maison.

Médias

Document interactif - La maison « à Portiques » de Narbonne (Clos de la Lombarde)

La maison « à Portiques » de Narbonne (Clos de la Lombarde)

La partie est de la domus est organisée comme dans les demeures italiques à partir d'un atrium, alors que le corps de bâtiment à l'ouest se développe autour d'une cour à péristyle.
© M. et R. Sabrié
Document interactif - La maison « au grand triclinium » de Narbonne (Clos de la Lombarde)

La maison « au grand triclinium » de Narbonne (Clos de la Lombarde)

Les pièces d'habitation sont distribuées autour d'une cour-jardin bordée sur deux côtés de portiques. Dans cette composition en U, une luxueuse salle de réception interprétée comme un triclinium occupe une position centrale.
© R. Sabrié
Document interactif - Pavement de la maison à Portiques de Narbonne

Pavement de la maison à Portiques de Narbonne

Un exemple de pavement en opus sectile, composé de plaques de marbres et de roches polychromes.
© R. Sabrié
Document interactif - Le décor d’une salle de réception de la maison à Portiques, à la fin du Ier siècle de notre ère.

Le décor d’une salle de réception de la maison à Portiques, à la fin du Ier siècle de notre ère.

Au sol, une mosaïque sobre et élégante à fond noir en opus scutulatum, avec l’incrustation de fragment de dalles de marbre dans le revêtement de tesselles.. Aux murs, dans un contraste voulu, on trouve des peintures aux tons clairs.
@ Michel Olive, Laboratoire d’Arts Graphiques, Culture/DRAC PACA
Document interactif - Détail du décor pariétal  de la maison à portiques

Détail du décor pariétal de la maison à portiques

Le décor pariétal d'une salle de réception représente l'échappée offerte par une fenêtre ouvrant sur un jardin. On voit les guirlandes qui décorent la baie et au-delà, un arbuste.
© R. Sabrié