La ferme de plan régulier

Une exploitation agricole d’un genre nouveau apparaît autour du changement d’ère, soit seulement un demi-siècle environ après la première installation. Les constructions présentent un caractère plus pérenne, avec des bâtiments aux fondations de pierre et élévation de terre. Elles se distinguent des aménagements antérieurs par le recours à un plan-type, où la cour unifie les différentes composantes de l’exploitation rurale, répondant à deux fonctions essentielles. Des logements, sans caractère luxueux, dotés de foyers au sol, côtoient des installations de production. Un cellier doté de dolia, d’une capacité d’une centaine d’hectolitres, occupe déjà tout un corps de bâtiment.

La concentration des hommes et des moyens de production devient ici manifeste et la conception de la nouvelle ferme exprime une rupture avec l’établissement initial, une nouvelle étape de mise en place du domaine. Le choix d’un plan à cour centrale appelle évidemment à rechercher des modèles méditerranéens en référence à de nombreux exemples italiens. L’absence d’espaces résidentiels ne peut être mise sur le compte d’une romanisation superficielle. On connaît en Languedoc des maisons, dans des agglomérations indigènes, où l’on trouve des enduits et des revêtements de sol luxueux dès le Ier siècle avant notre ère. Le décalage observé entre ces maisons et les bâtiments ruraux destinés essentiellement à la production, indiquerait que le maître du domaine est encore un propriétaire absentéiste.

Médias

Document interactif - Le cellier de la ferme

Le cellier de la ferme

Vue partielle du cellier de la ferme du changement d'ère. Ce n'est qu'après la dépose des mosaïques des phases postérieures de la villa, qu'il a été possible de fouille le cellier ainsi que les fosses circulaires pour le logement de dolia.
© Fonds ArchéOfactory, Loupian
Document interactif - Fouilles de la villa-Loupian

Fouilles de la villa-Loupian

Vue de différents tronçons de murs appartenant aux trois grandes périodes de construction du site de la villa. Alors que le mortier de chaux est utilisé pour les constructions postérieures, les bases des murs de la ferme du changement sont mises en œuvre sous la forme d'assises de pierres liées à la terre. Les élévations étaient en terre crue.
© ArchéOfactory
Document interactif - La ferme de type méditerranéen au début de notre ère.

La ferme de type méditerranéen au début de notre ère.

Le noyau initial de la ferme se développe en amont d'un vallon entaillant le versant, qui est transformé en cour basse. Autour, sont distribuées des pièces d'habitat et des salles utilitaires dont un cellier avec des dolia. Vers l'est, l'extension des constructions peut-être autour d'une cour jumelée.
© Christophe Pellecuer, Culture-DRAC Languedoc-Roussillon
Document interactif - La ferme du premier siècle de notre ère

La ferme du premier siècle de notre ère

Le centre domanial, qui succède à une ferme gauloise, prend forme au début du premier siècle de notre ère.
S. Cugnet / La Forme d'après les relevés de l'architecte R. Thernot (INRAP) © MCC

Plan d'évolution de l'occupation du site de Loupian


© Ch. Pellecuer, MCC-DRAC Languedoc-Roussillon