La villa et ses systèmes de cultures

À Loupian comme dans la plupart des provinces gauloises, la villa, malgré la présence de bâtiments résidentiels, reste une exploitation rurale. Elle doit répondre aux besoins alimentaires des habitants du domaine, et même à ceux de la familia d’un propriétaire aux habitudes urbaines. L’autre versant de la production est plus opportuniste, tourné vers les grands et petits marchés de la cité, de la province ou de l’empire. La réussite de ces investissements dans le dessein de dégager des surplus monétaires dépend d’une polyculture à base de céréales et de légumineuses, enrichie de productions dominantes, comme la viticulture.

L’exploitation rationnelle du domaine est fondée sur le modèle du système agraire à jachère, plus ou moins roulés, parfois des charbons de bois, qui témoignent d’épandages et de fumures et culture attelée légère propre aux sociétés de l’Antiquité. La découverte de restes végétaux et animaux, de traces agraires, d’outils et d’équipements de production lors des fouilles de Loupian permet de proposer une identification des principales cultures, d’estimer leurs parts respectives et d’aboutir à des localisations dans l’environnement de la villa. Les boisements des reliefs et des zones non cultivées où domine déjà le chêne vert, fournissent le combustible indispensable pour le quotidien et l’artisanat. L’étang offre des ressources vivrières en abondance mais aussi des produits à commercialiser comme les huîtres appréciées des populations urbaines et le sel si précieux pour les économies anciennes.

Médias

Document interactif - Découvertes inattendues au fond d'un puits

Découvertes inattendues au fond d'un puits

Il n'est pas rare de trouver des puits dans les exploitations rurales fouillées en Languedoc. On savait depuis longtemps qu'ils pouvaient contenir des objets jetés lors de leur abandon. Depuis peu, ces contextes si particuliers livrent des informations déterminantes pour la compréhension des systèmes de cultures.
© R. Bourgaut, CCNBT
Document interactif - Des macro-restes végétaux conservées en milieu humide

Des macro-restes végétaux conservées en milieu humide

Bois, pépins, noyaux ou coques de fruits, mais aussi semences et graines bénéficient d'une excellente conservation dans des conditions anaérobies, grâce à la nappe phréatique. Ces restes piégés apportent des informations sur l'environnement des exploitations rurales mais aussi sur les pratiques agricoles.
© R. Bourgaut, CCNBT
Document interactif - Diagramme Fabre complété des espèces cultivées.

Diagramme Fabre complété des espèces cultivées.

Une exploitation rurale languedocienne d'après ces macro-restes
© Fabre
Document interactif - Le sel et l'inscription du salinator

Le sel et l'inscription du salinator

Cette inscription du Ier siècle de notre ère provenant de la région des étangs de Narbonne évoque deux affranchis dont un personnage exerçant la profession de salinator, marchand de sel ou de fermier du sel ou encore de saunier travaillant à l'exploitation des salants et à la production du sel.
©D. Moulis, service Culture et Patrimoine Ville de Narbonne