Un littoral lagunaire

La côte languedocienne, basse et sablonneuse, enferme un chapelet d’étangs littoraux. L’étang de Thau, avec plus de 7 000 hectares, est la plus vaste de ces lagunes. Il est borné par un lido de près de 20 kilomètres de longueur, qui prend appui en son centre sur le relief insulaire de Sète et à une extrémité sur le Mont Saint-Loup (Agde), d’origine volcanique. Le plan d’eau saumâtre entretient d’indispensables communications avec la mer grâce à quelques ouvertures dans le cordon sableux, les graus. Ce type de littoral est un milieu mobile, menacé aujourd’hui par l’action des hommes et les variations positives du niveau marin. À l’opposé, le rivage intérieur présente un paysage stable de coteaux modelés par un réseau régulier de ruisseaux, qui a fixé les occupations humaines depuis le Néolithique.

L’étang de Thau présente une profondeur moyenne de l’ordre de 4 mètres. Elle est bien supérieure à la plupart des autres lagunes qui servent d’exutoires à des fleuves côtiers pourvoyeurs d’alluvions. Ses eaux rapidement réchauffées au printemps offrent un riche écosystème exploité jusqu’à nos jours. Il se pratique une pêche saisonnière et le ramassage des coquillages sauvages a laissé place à la conchyliculture. Des salines. sont attestées à l’époque médiévale et moderne. Du fait d’un moindre cloisonnement jusqu’à une époque récente, des relations plus aisées avec les autres étangs littoraux font de cette « mer intérieure » une précieuse voie de communication.

Médias

Document interactif - Le bassin de Thau

Le bassin de Thau

Une lagune aux eaux profondes et un espace agricole.
© Christian Hussy, Laboratoire d'Arts Graphiques, Culture/DRAC PACA
Document interactif - L'étang de Thau

L'étang de Thau

L'étang de Thau, un riche écosystème à exploiter. Aujourd'hui encore, l'extension des parcs à huîtres témoigne du développement de la conchyliculture, un secteur dynamique de l'économie régionale.
© Sandra Lebrun CCNBT
Document interactif - L'ostréiculture

L'ostréiculture

Une ostréiculture moderne aux techniques d'élevage intensif.Si le commerce des coquillages est largement attesté durant l'Antiquité, il n'existe pas de témoignages sûrs de parcs d'époque romaine dans l'étang de Thau. La richesse du milieu permettait de pratiquer une collecte extensive des ressources naturelles pour la consommation locale et les marchés.
© Sandra Lebrun CCNBT
Document interactif - L'épave de Mèze

L'épave de Mèze

L'épave de la Conque des Salins, Mèze (Hérault) A 80 m du rivage de l'étang, par moins d'un mètre de profondeur, ont pu être dégagés les restes de la coque d'un bateau dont les techniques de construction sont celles de la construction navale gréco-romaine. Une datation radiocarbone propose un intervalle chronologique entre 280 avant notre ère et 70 de notre ère.
© Marie-Pierre Jézégou Culture/DRASSM
Document interactif - L'épave de Mèze

L'épave de Mèze

Restitution de l'épave de la Conque des Salins, Mèze (Hérault) L'étude conduite par le Département de recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques et a permis de reconnaître une barque à quille plate, d'une quinzaine de mètres de longueur, qui présente des similitudes avec certaines embarcations fluviales d'époque romaine.
© MCC - Département des recherches archéologiques sous-marines et subaquatiques / Jonathan Letuppe sous la direction scientifique de Marie-Pierre Jézégou