Personnel agricole et esclaves

Grâce aux agronomes latins, il est possible d’avoir quelques idées sur la composition du personnel d’une villa. Le propriétaire peut être représenté par un intendant, le procurator, chargé de la partie comptable et administrative. Le quotidien de l’exploitation est à la charge du vilicus, régisseur qui dirigera la familia rustica. Une large place est faite aux esclaves, servi, mancipia, sous la forme de troupes enchaînées ou bien d’équipes sous la direction de monitores. À côté d’un système d’exploitation esclavagiste, le travail d’une main-d’œuvre libre ne disparaît pas, sous la forme d’emplois saisonniers et spécialisés, les mercenari, ou bien de coloni, locataires pour mettre en valeur des parties du domaine.

Si l’on a pris l’habitude d’appliquer les grandes lignes de cette organisation aux villas de la Gaule, il n’est pas toujours aisé de vérifier la nature des rapports sociaux au sein de l’exploitation domaniale. À la lecture de certains plans, des logements pour le vilicus, à proximité de la résidence et présentant certains détails de confort, ont été identifiés à titre d’hypothèse. Plus sûrement, des habitations pour la main-d’œuvre sont connues, présentant une répétition d’unités de petite taille, organisées en quartiers ou ailes, et des équipements domestiques comme des foyers. Ces constructions n’apportent rien sur le statut de leurs occupants. Les inscriptions sur des esclaves sont peu fréquentes en milieu rural et la découverte d’entraves restent exceptionnelles.

Médias

Document interactif - Paysan gaulois

Paysan gaulois

Statuette de "Paysan gaulois", moulage de l'original en bronze, Vaucluse ou Villeron (Val d'Oise) époque gallo-romaine (50 avant notre ère - 100 après notre ère).
© Photo RMN - M. Assemat
Document interactif - Entraves

Entraves

Deux entraves munies de deux anneaux chacune. Forêt de Compiègne.
Musée d'archéologie nationale © Photo RMN - Thierry Le Mage
Document interactif - Entraves

Entraves

Collection Musée Rolin, Ville d'Autun
Collection musée Rolin d'Autun (n° 527 du Cat AA) © Ville d'Autun, musée Rolin, cliché S. Prost
Document interactif - Carte des inscriptions des esclaves et des affranchis dans les provinces de Narbonnaise, de Belgique et des Germanies d’après A. Daubigney, F. Favory et L. Lazzaro.

Carte des inscriptions des esclaves et des affranchis dans les provinces de Narbonnaise, de Belgique et des Germanies d’après A. Daubigney, F. Favory et L. Lazzaro.

Ces inscriptions signalent pour la plupart un personnel servile distingué par leurs propriétaires et non ceux, anonymes, qui travaillaient dans les champs. Elles sont en fait peu nombreuses et reparties dans des zones privilégiées comme la Narbonnaise.
Carte P. Ouzoulias
Document interactif - Carte de localisation des découvertes d’entraves d’après H. Thompson

Carte de localisation des découvertes d’entraves d’après H. Thompson

Très peu d’entraves ont été découvertes en Narbonnaise, province qui a livré par ailleurs le plus d’inscriptions serviles, provenant pour l’essentiel du milieu rural. Une pratique de l’esclavage sans coercition ?
Carte P. Ouzoulias